Nouvel échec de rapprochement Fatah – Hamas

AntRugeon > Portfolio de journaliste > 2°) LES SUPPORTS > Guysen > Nouvel échec de rapprochement Fatah – Hamas

La médiation égyptienne, après avoir renoncé à la formation d’un gouvernement palestinien d’union nationale incluant le Fatah et le Hamas, semblait être parvenue à réconcilier les deux partis rivaux. La création d’une force de sécurité commune dans la bande de Gaza en attendant les prochaines élections a ainsi été annoncée samedi avec fracas par un haut responsable du Fatah. Une information démentie dès lundi par le Hamas.

Les négociations inter-palestiniennes sous l’égide de l’Egypte sont parvenues ce week-end à faire oublier leur vocation première, la formation d’un gouvernement de réconciliation entre le Fatah et le Hamas, grâce à l’annonce de la formation d’une force de sécurité commune aux deux partis.

« Nous sommes tombés d’accord sur le principe de former une force de sécurité commune aux deux factions dans la bande de Gaza jusqu’aux élections de janvier 2020 », a ainsi déclaré samedi Nabil Shaath, haut membre du Fatah, à l’agence de presse égyptienne MENA.

Des sources au sein du Fatah comme du Hamas avaient alors affirmé avoir accepté cette mesure en échange de l’abandon du gouvernement d’union nationale Fatah – Hamas.

La question du contrôle des forces de sécurité est un objet de division récurrent entre les deux partis.

Le Fatah et l’Egypte ont présenté cet accord comme les prémisses de la fin des pourparlers inter-palestiniens.

« Nous attendons l’annonce de la signature d’un accord au Caire pour une date qui sera déterminée dans les semaines à venir », s’était réjoui samedi un officiel égyptien.

Le négociateur en chef du Fatah, Azzam al-Ahmed, a quant à lui confirmé que la réunion de samedi était l’avant-dernière.

Toutefois, l’information a été démentie dès le lundi par le Hamas. L’accord signifierait le retour du Fatah dans la bande de Gaza depuis son expulsion en juin 2007, mais pas celui du Hamas au sein des forces de sécurité en Cisjordanie.

Une asymétrie que rejette le « Mouvement de la Résistance Islamique » : « Cela est totalement inacceptable. La manière appropriée d’aborder le dossier sécuritaire passe par une refonte des services de sécurité à Gaza et en Cisjordanie », a déclaré Salah Al-Bardawil, haut responsable du Hamas.

« Accepter un accord portant seulement sur les services de sécurité à Gaza revient à décerner un satisfecit aux services en Cisjordanie et au rôle qu’ils jouent pour combattre la résistance et se livrer à la coordination sécuritaire » avec Israël, a-t-il ajouté.

Le Hamas accuse les services de sécurité de l’Autorité palestinienne de collaborer avec Israël contre la résistance que leur oppose les groupes armés palestiniens.

L’échec de ce rapprochement par les forces de sécurité intervient une semaine après l’annonce par le président palestinien Mahmoud Abbas de la formation prochaine d’un gouvernement n’incluant aucun ministre du Hamas, alors que le cycle de négociations inter-palestiniennes n’est pas encore achevé.

Antony Drugeon, le 18 mai 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *