L’erreur cocasse : quand l’AFP évalue la sexualité de la femme de Bill de Blasio, nouveau maire de New York

AntRugeon > Médias, ascendant web > secrétariat de rédaction > L’erreur cocasse : quand l’AFP évalue la sexualité de la femme de Bill de Blasio, nouveau maire de New York
Chirlane McCray
Chirlane McCray en campagne avec son mari Bill de Blasio. Photo : Public Advocate Bill de Blasio / Flickr

Quelle stupeur en lisant la dépêche de l’Agence France Presse sur l’élection de Bill de Blasio à la mairie de New York. La vénérable agence écrit ainsi un paragraphe qu’un lecteur pressé ou déjà au fait de la biographie de l’intéressée pourrait sans doute laisser passer par inadvertance…

Mais ça vaut pourtant le détour :

M. de Blasio a voté dans la matinée dans son quartier de Park Slope à Brooklyn, accompagné de sa femme Chirlane McCray, poétesse ancienne lesbienne extrêmement active dans sa campagne et de leurs deux enfants métis, Dante, 16 ans et Chiara, 18 ans : une « modern family » à l’image d’une ville multiraciale, désormais à 33,3% blanche, 25,5% noire, 28,6% hispanique et 12,7% asiatique.

En fait, « lesbienne extrêmement active », ça signifie quoi au juste ? L’Agence France Presse, soucieuse de vérifier ses informations, a-t-elle été enquêter de près sur la sexualité antérieure de madame McCray ?

Ce qui est piquant, c’est que les services internationaux de nombreux médias ont reproduit la dépêche telle quelle : La Libre Belgique, Le Nouvel Obs, La Nouvelle République… Certes, trève de chicayas : c’est une coquille, me direz-vous. Rajoutons une virgule, et ça passe… presque !

ancienne lesbienne, extrêmement active et de leurs deux enfants métis

Presque, car il faut rajouter une deuxième virgule pour équilibrer la phrase :

Chirlane McCray, poétesse, ancienne lesbienne, extrêmement active et de leurs deux enfants métis

et que du coup la phrase deviendrait, pour éviter la maladroite succession de deux virgules dans une énumération de 3 éléments :

Chirlane McCray, poétesse, ancienne lesbienne et extrêmement active, et de leurs deux enfants métis

Chirlane McCray
Affiche de campagne de Bill de Blasio. Photo : azipaybarah / Flickr

C’est le choix fait par L’Express.fr. En tout cas, c’est donc un peu plus qu’une coquille. Remarquez, un mot ou deux permettrait d’équilibrer l’équation : en rajoutant après le mot active « politiquement », comme le fait le site de France Télévision (entre temps, une mise à jour est intervenue), on retombe sur une information plus cohérente. Mais on peut aussi rajouter « dans sa campagne », comme le fait Le Point, et tout prend son sens. Mais Chirlane McCray est-elle globalement investie en politique depuis des années (version France TV, ce qui est vrai), ou bien veut-on dire ici qu’elle s’est particulièrement investie dans la campagne de son mari (version Le Point, ce qui est vrai également) ? Le diable est dans les détails. Une virgule, un mot, et l’info change. En tout cas la version initiale est pour le moins cocasse.

Remarquons par ailleurs le choix pudique du site de BFM TV, pour qui cette homosexualité n’est que du passé, et que madame ne compte pour rien politiquement :

Durant sa campagne, Bill de Blasio a largement mis en avant sa famille multiculturelle – une épouse poétesse et autrefois lesbienne, et deux enfants métis de 16 et 18 ans.

Je chicane peut-être. Mais en voyant ces différentes versions, je me demande si l’AFP a fait un rectificatif, ou si les médias ont chacun laissé leur SR corriger (ou pas) cette info, que je vous concède être, par ailleurs, relativement secondaire. Mais un SR est pointilleux ou ne l’est pas, que voulez-vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *