Israël projetterait des attaques militaires contre l’Iran

AntRugeon > Portfolio de journaliste > 2°) LES SUPPORTS > Libération > Israël projetterait des attaques militaires contre l’Iran

Révélations du Sunday Times

Israël projetterait des attaques militaires contre l’Iran

Malgré les démentis d’Israël, Téhéran monte le ton.

Le journal britannique The Sunday Times vient de révéler que l’Etat d’Israël a élaboré un plan secret pour détruire les sites iraniens d’enrichissement d’uranium au moyen d’armes tactiques nucléaires. S’appuyant sur des déclarations anonymes de sources militaires israéliennes, l’hebdomadaire explique ainsi que deux escadrilles de l’armée de l’air se sont exercées en vue d’un éventuel bombardement de la centrale nucléaire de Natanz, en Iran, avec des bombes à pénétration contenant de l’uranium appauvri, connues sous le nom de « bunker busters ». C’est à Natanz que l’Iran dit avoir l’intention 3.000 centrifugeuses, où deux cascades de 164 centrifugeuses sont déjà en service. Deux autres sites iraniens, un réacteur à eau lourde à Arak et des infrastructures de transformation d’uranium à Ispahan, seraient visés de leur côté par des bombes conventionnelles, poursuit le Sunday Times. Le journal ajoute que les plans israéliens prévoient l’utilisation de bombes conventionnelles à guidage laser pour percer des « tunnels » dans les objectifs. Des ogives nucléaires seraient ensuite tirées dans les orifices afin qu’elles explosent en profondeur dans le sous-sol et que les retombées radioactives s’en trouvent limitées.
Selon le Sunday Times, des pilotes de Tsahal ont effectué ces dernières semaines des vols jusqu’à Gibraltar pour s’entraîner sur la distance de 3.200 kilomètres aller-retour qui sépare Israël des cibles iraniennes. Parmi les itinéraires envisagés, l’un d’eux survolerait la Turquie, ami privilégié d’Israël dans la région.
Ces révélations ont l’apparence de fuites, mais le Sunday Times estime lui-même que des plans aussi secrets pourraient avoir été en fait communiqués à la presse pour volonter l’accentuer la pression sur Téhéran. La réaction iranienne ne s’est d’ailleurs pas fait attendre.
« Toute action mil contre la République Islamique ne retera pas sans réponde et l’agresseur regrettera très vite son acte » a en effet déclaré le porte-parole du ministère des Affaires Etrangères, Mohammad Ali Hosseini, lors d’une conférence de presse.
Cependant un haut responsable israélien a jugé « absurdes » ces informations. « Penser que nous lancerions une attaque à la bombe atomique contre l’Iran et qu’en plus nous irions le révéler à l’avance à un journal étranger est doublement ridicule » a-t-il déclaré, sous couvert d’anonymat.
Israël a toujours refusé d’écarter l’hypothèse de frappes préventives, à l’image du raid aérien lancé en 1981 contre un réacteur nucléaire en Irak. Toutefois, de nombreux analystes estiment que dans le cas de l’Iran, Israël ne pourrait se lancer seul dans une telle offensive. Le Sunday Times cite par ailleurs des sources qui précisent que le recours à des frappes nucléaires serait décidé seulement si une attique conventionnelle était écartée et si les Etats-Unis refusaient d’intervenir. Washington n’exclut pas l’option militaire, mais privilégie pour l’heure la voie diplomatique.

Antony Drugeon, LIBERATION, le 8 janvier 2007