La nouvelle stratégie antiterroriste britannique accusée de viser les musulmans

AntRugeon > Portfolio de journaliste > 2°) LES SUPPORTS > Guysen > La nouvelle stratégie antiterroriste britannique accusée de viser les musulmans

Le ministère britannique de l’Intérieur a publié mardi une nouvelle stratégie antiterroriste qui a rapidement suscité un début de controverse.

Le document de 171 pages publié mardi définit les nouvelles réponses à apporter au terrorisme « nouvelle génération ». Avec l’affaiblissement d’Al Qaïda comme structure, mais non de son idéologie, les autorités britanniques disent désormais craindre des actes isolés d’islamistes britanniques. D’autant plus que le pays compterait « le plus grand nombre de cellules terroristes opérationnelles d’Europe ». Le rapport est d’autant plus alarmiste qu’il met en garde contre le risque de « dirty bomb » (bombe sale), utilisant la technologie nucléaire, ou des armes chimiques ou biologiques. Il est désormais possible de trouver sur Internet des informations permettant d’utiliser, voire de conjuguer, ces technologies. Les cellules d’Al Qaïda au Royaume-Uni, toujours selon le rapport, ont d’ailleurs envisagé en 2004 l’utilisation d’armes radiologiques, et en 2007 les attentats du 7 juillet à Londres ont été réalisés à partir de bobines de gaz chlorhydrique.

La menace terroriste décrite par le rapport n’est pas fondamentalement nouvelle, dans le contexte de lutte internationale contre Al Qaïda depuis 2001. La nouveauté réside principalement dans les solutions proposées. Jacqui Smith, secrétaire d’Etat à l’Intérieur, a ainsi déclaré que 60.000 salariés britanniques travaillant dans les centres commerciaux et les hôtels seraient formés à l’identification des menaces terroristes.

Mais le rapport s’accompagne surtout d’un volet prévention, accusé par certains musulmans de les diaboliser davantage. La stratégie du gouvernement britannique consiste à prévenir toute radicalisation au sein de la communauté musulmane. Les sources officielles parlent de favoriser l’intégration de ces populations comme de donner davantage d’écho aux voix de l’islam modéré. « Nous avons besoin de nous attaquer aux causes du terrorisme. Il nous faut nous y atteler vite pour empêcher que des gens soutiennent l’extrémisme, la violence et le terrorisme », a déclaré à la radio BBC Jacqui Smith. Le gouvernement met ainsi à l’ordre du jour la réaffirmation des valeurs démocratiques britanniques. « Même quand les gens n’ont peut-être pas enfreint la loi, ils peuvent avoir agi de manière à saper nos valeurs démocratiques, les droits de l’homme, la tolérance et la liberté d’expression ; il y a là un défi à relever auprès d’eux, pas en légiférant, mais par un engagement civique », a-t-elle expliqué.

Du côté de l’opposition, on critique une réaction timide et tardive. Chris Grayling, en charge des affaires intérieures au sein du parti conservateur, a répliqué sèchement : « Nous avons insisté fermement, le gouvernement n’en fait pas assez pour s’attaquer au problème des individus et des groupes au Royaume- Uni qui répandent l’extrémisme sur lequel la menace terroriste prolifère. » La nouvelle stratégie antiterroriste britannique semble donc en passe de lancer un débat de société sur l’intégration des minorités musulmanes, dans un pays jusque-là connu pour son multiculturalisme.

Antony Drugeon, le 25 mars 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *