La police détruit l’avant-poste illégal de Maoz Esther

AntRugeon > Portfolio de journaliste > 4°) LES GENRES JOURNALISTIQUES > Brèves & dépêches > La police détruit l’avant-poste illégal de Maoz Esther

L’avant-poste de Maoz Esther (colonie sauvage proche de Ramallah) a été démantelé jeudi matin par les forces de police, trois jours après que le président américain Barack Obama ait demandé au Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou de geler la colonisation.

Micky Rosenfeld, le porte-parole de la police, a assuré que la police avait évacué les habitants sans rencontrer de résistance violente, et qu’aucune arrestation n’a été faite.

L’avant-poste de Maoz Esther était composé de sept cabanes en métal, a-t-il précisé.

Abraham Sandak, l’un des habitants de l’avant-poste détruit, déclarait que les 40 personnes y ayant résidé allaient reconstruire immédiatement les logements.

« Nous espérons dormir ici ce soir et nous espérons avec l’aide de Dieu reconstruire cet endroit, mais en plus consistant cette fois », a-t-il expliqué.

Selon des groupes pacifistes israéliens, il existe au minimum une centaine d’avant-postes sauvages comme celui-ci en Cisjordanie, contre 121 colonies autorisées par le gouvernement israélien.

Yariv Oppenheimer, secrétaire général de « La paix maintenant », a minimisé l’importance de cette évacuation, la décrivant comme « un exercice de relations publiques », Maoz Esther étant selon lui « un avant-poste fantoche… pas réel, car abandonné ».

Mercredi, des représentants des habitants de l’avant-poste ont tenté de convaincre le ministre de la Défense Ehoud Barak de résister à la pression américaine de cesser la construction de nouveaux domiciles dans les colonies, et de dégeler la délivrance de permis de construire en Cisjordanie.

Ehoud Barak a réaffirmé sa volonté de démanteler les avant-postes, privilégiant « le dialogue » mais n’excluant pas d’ « agir rapidement et de façon agressive pour appliquer la loi », a-t-il déclaré.

Par Antony Drugeon le 21 mai 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *