Etudes à distances : « J’étais devenu un nolife »

AntRugeon > Portfolio de journaliste > 2°) LES SUPPORTS > La Nouvelle République > Etudes à distances : « J’étais devenu un nolife »

« La liberté de l’enseignement à distance peut finir par se retourner contre nous », assure Jérôme A., 23 ans, ancien étudiant à distance d’un DEUST puis d’une licence dans le domaine du web.

Pourtant, cette liberté l’a séduit au départ. « Etudier à domicile, ça permet de s’organiser librement, on avait du travail le lundi, à rendre au plus tard le dimanche », se rappelle-t-il. Une flexibilité qui est devenue un piège pour Jérôme : « Très vite on se laisse dépasser par le travail, faute d’encadrement et de rendez-vous réels ». Un rythme finalement difficile à tenir dans le tête-à-tête avec l’écran.

« La moitié de la promotion a abandonné au cours de la 1e année », indique Jérôme. Une situation que l’étudiant explique par la démotivation et la solitude ressentie face à son ordinateur. « Très vite, je ne sortais plus en fait. Je me levais, j’allumais mon ordinateur, et quand je l’éteignais c’était pour aller me recoucher », regrette Jérôme. « J’étais devenu un nolife », confie-t-il.

Revenu à une formation plus classique pour son master, l’étudiant apprécie le contact retrouvé avec des camarades et des professeurs physiquement présents. Mais sans pour autant se détourner des ordinateurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *