10.000 € pour fuir le « bled »

AntRugeon > Portfolio de journaliste > 2°) LES SUPPORTS > Libération > 10.000 € pour fuir le « bled »

Pour 10.000 euros, des faux contrats de travail en Espagne sont vendus à des Marocains rêvant de l’eldorado européen.

Adil, 24 ans, le regard un peu perdu, explique avec amertume le choix qu’il a fait. Travaillant à Casablanca dans un centre d’appel, démarchant des clients en Belgique, il gagne plus de 4000 dh par mois, mais ne supporte plus le rythme effréné imposé par l’employeur. Le manque de perspectives professionnelles au Maroc le déprime. Émigrer en Europe, il en a longtemps rêvé. « Ici, même si je peux trouver du travail, à Casablanca, je suis loin de ma famille, à Oujda, et de toute façon je serai tout aussi précaire dans dix ans… Alors autant partir en Espagne » soupire-t-il. Quand l’occasion s’est présentée, il y a quelques mois, il a tout de suite été d’accord. Son « bienfaiteur », un Marocain patron d’un grand restaurant au Nord de Madrid, lui propose un poste à durée indéterminée. Avec les précieux papiers qui vont avec. Mais moyennant 10.000 euros, presque 100.000 dirhams. Une fortune, qu’il essaie toujours d’amasser. Mais c’est le prix du marché.

Tahar, 20 ans, vient de payer la même somme. Il explique : « C’est le prix que proposent tous les intermédiaires, auparavant c’était moins cher, mais ça a monté. Je connais des amis qui sont partis pour 5.000 euros, il y a deux ou trois ans ». Lui va quitter en janvier son poste reconnu et qualifié à Casablanca dans un centre de support technique pour une grande entreprise informatique, contre un autre poste d’ouvrier dans une usine de boîtes de conserve, à Barcelone. Un contrat de tout juste un mois, mais qui lui permettra d’obtenir les si convoité visa. A l’expiration duquel Tahar basculera dans la clandestinité.

Le procédé est bien rodé : le patron espagnol vend son contrat, un contrat à durée déterminée, à un commissionnaire. « Dans mon cas, raconte Tahar, l’entreprise n’est qu’une façade, elle sert de vitrine : son seul fonds de commerce est le commerce des contrats. C’est un MRE qui a créé cette entreprise après avoir épousé une Espagnole », dit-il. Le commissionnaire achète le contrat à 7.000dh et le revend à 10.000dh à un Marocain qu’il rencontre en se rendant sur place. Avec la plus-value, il prend en charge les frais d’avocat en Espagne pour obtenir l’autorisation d’entrée sur le territoire, grâce au contrat de travail et après s’être assuré que l’aspirant émigrant n’a aucun antécédent judiciaire, ni maladie contagieuse. Le consulat, après avoir vérifié les informations auprès de l’employeur, délivre le visa. Les besoins de l’économie espagnole en main d’œuvre bon marché permettent ce genre d’initiatives, là où l’émigration vers la France, en revanche, fonctionne plus mariages blancs, en général.

Le contrat de travail ne joue que le rôle de prétexte pour le précieux visa. Car rares sont ceux qui gardent le poste en question. Dès la fin du contrat, ils partent vers une autre ville d’Europe, rejoignant un proche, le plus souvent en France, mais aussi en Belgique, ou aux Pays-Bas. Adil comme Tahar rêvent de reprendre leurs études, ils ont des ambitions professionnelles, qu’ils savent irréalisables au Maroc : Tahar pense même à devenir cinéaste. Mais pour atteindre ce rêve, ils savent qu’il leur faudra éviter quelques écueils. Notamment ceux des faux intermédiaires : prétendant vendre un contrat de travail, ceux-ci repartent en Espagne avec un chèque, laissant un escroqué derrière eux. Mais là encore, l’imagination des candidats à l’émigration a trouvé une parade : dans le milieu, il est devenu courant d’exiger de l’intermédiaire qu’il donne un chèque de caution, que la famille rendra une fois la « transaction » achevée. Autre sécurité par éviter l’arnaque : il est courant d’être mis en relation avec un passeur via un ami ayant déjà expérimenté ses services. Dans ce cas, la recommandation vaut garantie.

Car le bouche-à-oreille est bien sûr au centre de cette activité, illégale. L’offre ne s’affiche évidemment pas au grand jour. Pour Adil comme Tahar, c’est la famille qui a permis de trouver l’intermédiaire. Adil raconte ainsi : « C’est ma mère qui, en se rendant à ses cours de gym, a appris qu’une de ses amies avait un frère en Espagne, et celui-ci cherchait un employé pour son restaurant ». Et c’est encore la famille qui cotise pour payer la somme faramineuse qui permet à l’un des leurs de partir.
De tels efforts et ressources, consacrés au simple objectif de fuir le pays, ne manquent pas de soulever des questions : avec respectivement un diplôme de gestion et comptabilité et une licence en informatique, Adil et Tahar n’envisagent même pas de réaliser leurs rêves dans leur pays. Ce trafic de contrats de travail ne fait finalement que révéler la profondeur de cette désillusion.

Antony Drugeon, LIBERATION, le 21 décembre 2006

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *