Binationaux : des Marocains comme les autres?

AntRugeon > Portfolio de journaliste > 2°) LES SUPPORTS > Le Journal Hebdomadaire > Binationaux : des Marocains comme les autres?

En accusant de racisme la chaîne 2M qui l’a écarté, le réalisateur belgo-marocain de la série Rhimou Ismaël Saïdi jette un pavé dans la mare. La politique nationale à l’égard des MRE est mise en cause.

Le mot racisme peut sembler extravagant en l’espèce. Quoiqu’il en soit, les Marocains Ressortissants de l’Etranger (MRE) qui ont décidé de s’installer dans le pays de leurs origines sont constamment renvoyés à leur double nationalité. Nés à l’étranger souvent, ou partis pour de longues années, le plus souvent en Europe et plus spécifiquement en France, «ces MRE ont pourtant bien conservé la culture de leur pays d’origine» explique le psychosociologue Abdelkrim Belhaj, pour qui «c’est surtout dans la perception des Marocains que réside le préjugé». C’est in fine le regard qui pose une barrière davantage que de réelles différences : «l’existence de stéréotypes est en fait le principal frein à la réintégration» poursuit M. Belhaj.

Les stéréotypes en question, Bouchra El Haoudi en connaît la teneur. A 32 ans, et au Maroc depuis moins d’un an, cette casablancaise d’adoption ayant grandi en France déplore la persistance du «complexe du colonisé», qu’elle soupçonne de lui ouvrir des portes. Tarik Chikhi, 28 ans, franco-marocain installé au Maroc depuis 2 ans, l’a clairement vérifié. Son employeur, une grande entreprise française, lui a avoué sans détour qu’il avait été embauché en partie pour sa binationalité, rajoutant même «que les Marocains, [il] allait en France pour les chercher.» La binationalité en tant que piédestal, en somme. Selon Abdelkrim Belhaj, le fait d’avoir vécu en Europe confère une aura de rationalité très prisée par les entreprises : «C’est une question de logique ; la logique européenne est celle des entreprises qui sont en relation avec l’Occident, et qui recherchent des esprits calqués sur le modèle européen». Mais le piédestal a son revers : «On peut te mépriser ou te dérouler le tapis rouge» explique Bouchra. Tarik de son côté s’agace du terme zmigri (émigré) qui lui est régulièrement renvoyé.

Marhaba aux MRE, ou à leur argent ?

Le réalisateur Ismaël Saïdi, à qui l’on doit la série Rhimou diffusée jusque-là sur 2M, est quant à lui allé jusqu’à déclarer récemment en interview avoir été traité de «petit bouseux de belge de m…» du fait de sa double nationalité belge et marocaine. Un rejet extrême qui reste rare. Pour Tarik, mettre en avant son identité française, parler français, c’est clairement s’exposer à une réaction froide. En particulier avec l’administration : « Bien que mon passeport français soit normalement suffisant pour rentrer au Maroc, j’ai toujours été contraint de rajouter ma carte nationale avec ». En l’absence de celle-ci, Tarik devait paradoxalement se dire Algérien ou Tunisien pour calmer policiers et douaniers. Lesquels, par délit de faciès caractérisé, obligent en effet tout «beur» à donner les prénoms de ses parents et à s’expliquer sur sa non-possession de carte nationale.

Si on renvoie donc le zmigri à ses origines, on ne se prive pas pour en faire un étranger en d’autres circonstances. Samya Baraka, 29 ans, franco-algérienne installée au Maroc, a beau avoir marocanisé son arabe, on fait parfois d’elle une française davantage qu’une maghrébine : «il m’est arrivé qu’on parle de moi comme d’une nissrania (chrétienne) parce que j’avais parlé français ; j’étais outrée !».
Dans ces conditions, difficile de comprendre les difficultés d’intégration des MRE s’installant au Maroc sans pointer du doigt la politique menée à leur égard. Une politique dont le cadre a été fixé par Hassan II, qui en 1989 déclarait à la télévision française : «Je suis contre l’intégration. Le bon immigré est celui qui acquiert une formation, une valeur ajoutée, et qui rentre chez lui.» Et qui envoie des transferts. Opérations Marhaba successives, tentatives de stimuler les transferts via l’action culturelle des consulats auprès des Marocains de l’étranger, programme Fincom (accompagnement à l’investissement des MRE au Maroc) participent de cette politique générale qui réduit les MRE à un enjeu financier et économique, mais toujours privé du droit de vote. Cette politique est menée «depuis des années par cet esprit financier économico-social qui oublie la dimension humaine du migrant pour le réduire à des compétences et à de l’argent» dénonce M. Belhaj. Or si l’enjeu économique des transferts et des investissements provenant des MRE est bien connu, l’intégration de ceux-ci à leur retour est pensée comme allant de soi.

Pourtant, une des rares études menées en la matière, celle de l’Institut Universitaire Européen, à Florence en Italie, a établi en 2006 que 23,9% des MRE retournés au Maroc sont mécontents de leur choix, notamment en raison des difficultés d’adaptation et de réinsertion.
L’explication majeure est sans doute à chercher du côté de la tradition. Bouchra, Tarik et Samya se disent gênés qui par l’absence d’égalité homme / femme, qui par l’importance du mariage, des fêtes religieuses ou par la pesanteur de la drague. D’où un constat frappant de la part de Tarik : «parmi mes amis, beaucoup ont soit vécu en France soit sont mariés avec une française, ça nous rapproche». Reste à savoir si le retour des émigrés sera facteur de communautarisation de la société.

Antony Drugeon, LE JOURNAL HEBDOMADAIRE, 28 juin 2008

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *