Benoît XVI soutient les Palestiniens devant le mur de séparation

AntRugeon > Portfolio de journaliste > 2°) LES SUPPORTS > Guysen > Benoît XVI soutient les Palestiniens devant le mur de séparation

C’est devant le mur de séparation et dans un camp de réfugiés près de Bethléem que le pape a prononcé un discours destiné à exprimer sa solidarité avec les Palestiniens. Soutien à la création d’un Etat palestinien et condamnation de la construction du mur de séparation ont marqué le discours papal.

Benoit XVI s’est rendu mercredi 13 mai à Bethléem, ville natale du Christ qui regroupe une des plus anciennes communautés chrétiennes au monde. Le programme de cette troisième journée en « Terre sainte » était dominé par la dimension politique de ce voyage.

Le pape s’est en effet rendu dans le camp de réfugiés d’Aïda, où vivent 4.600 Palestiniens, et a prononcé un discours centré sur le conflit israélo-palestinien.

Le pape s’est exprimé en faveur d’un Etat palestinien, déclarant notamment : « Le Saint-Siège soutient le droit de votre peuple à une patrie palestinienne souveraine sur la terre de vos ancêtres, sûre et en paix avec ses voisins, à l’intérieur de frontières internationalement reconnues ». A son arrivée lundi en Israël, Benoît XVI avait déjà exprimé son désir de voir un Etat palestinien être créé.

Le souverain pontife a par ailleurs affirmé qu’il était « conscient de la souffrance palestinienne qui dure depuis des dizaines d’années ». Benoît XVI a également critiqué le mur de séparation (barrière de sécurité selon Israël), qu’il a qualifié de « tragique », « dans un monde où les frontières sont de plus en plus ouvertes ».

Cependant, il a pris garde de ne pas paraître ignorer les raisons ayant conduit à la construction de ce mur, évoquant en filigrane le terrorisme. « Nous prions pour un arrêt des hostilités qui ont conduit à la construction de ce mur », a-t-il ajouté.

Il a en revanche ouvertement critiqué la politique d’Israël, en demandant aux Israéliens de « renoncer à l’occupation, à la colonisation, aux arrestations et aux humiliations » infligées aux Palestiniens.

La solidarité envers les Gazaouis suite à la guerre dans la bande de Gaza en janvier dernier n’était pas non plus absente du discours papal. Benoît XVI a exprimé son « chagrin pour les pertes, les épreuves et les souffrances » vécues par la population. Il a également appelé à la levée du blocus sur Gaza. « Soyez assurés de ma solidarité avec vous dans l’immense travail de reconstruction qui s’annonce et de mes prières pour que le blocus auquel est soumise la bande de Gaza soit bientôt levé », a-t-il déclaré.

Pour autant, c’est à cette occasion que le pape a mentionné pour la première fois le terrorisme depuis le début de son pèlerinage en Terre sainte. Il a ainsi appelé les jeunes Palestiniens à « avoir le courage de résister à toute tentation de recourir à des actes de violence ou au terrorisme ».

Antony Drugeon, le 14 mai 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *