Au sommet de Doha, les divisions arabes culminent

AntRugeon > Portfolio de journaliste > 3°) LES RUBRIQUES > actualité > Au sommet de Doha, les divisions arabes culminent

Le conflit israélo-palestinien et le rapport à l’Iran opposent deux écoles dans la grande famille arabe. La presse arabe ne manque pas de relever ces divisions, qui finissent par faire oublier la substance même du sommet de la Ligue arabe de Doha.

A Doha, l’absence du président Egyptien Hosni Moubarak ne finit pas d’alimenter les commentaires, depuis l’ouverture du sommet de la Ligue arabe lundi 31 mars. Les objectifs affichés du sommet n’étaient a priori pas de nature à diviser.

La suite à donner à l’initiative de paix arabe, alors qu’un nouveau gouvernement israélien est investi, constitue l’enjeu principal de la réunion, qui aurait pu être consensuelle. Mais le plan, proposant depuis 2002 à Israël une normalisation des relations en échange de son retour aux frontières de 1967 et à un règlement « équitable et agréé » de la question des réfugiés, ne suffit plus à unir les positions des diplomaties arabes. Selon le journal palestinien à l’étranger International Middle East Media Center, « les dirigeants [prévoyaient] […] de discuter une initiative d’accorder à Israël une dernière chance d’accepter l’initiative arabe (de paix, NDLR) avant que celle-ci ne devienne caduque ».

Mais la guerre israélienne dans la bande de Gaza a semé la division quant à la stratégie à adopter face à Israël. L’Egypte a justifié sa décision de ne pas se rendre au sommet par les « positions anti–égyptiennes du Qatar » durant la guerre, une référence probable au traitement par la chaîne qatarie Al Jazira de la guerre de Gaza, au cours de laquelle Le Caire s’est vu reproché d’avoir laissé sa frontière avec la bande de Gaza fermée.

Les observateurs parlent d’une confrontation entre les pays arabes modérés, emmenés par l’Egypte et l’Arabie Saoudite, et les pays arabes proches de l’Iran, conduits par la Syrie, partisans d’une ligne dure à l’encontre d’Israël, comme le Qatar, hôte du sommet. Selon Al Jazira, ce clivage découle directement de celui apporté par « l’ancien président américain George W. Bush, et [qui] mobilise les gouvernements sunnites arabes contre l’Iran ». Le Qatar a donné à cette division toute son acuité en invitant en janvier dernier le président iranien Mahmoud Ahmadinejad et le leader en exil du Hamas Khaled Mechaal à un « sommet d’urgence » à Doha sur la guerre à Gaza alors en cours.

L’évènement avait alors irrité l’Autorité Palestinienne, qui craint de se voir peu à peu abandonnée pour une direction palestinienne alternative, soutenue par l’Iran. Ce clivage recouvre donc celui qui divise les Palestiniens, le « camp égyptien » soutenant le président palestinien Mahmoud Abbas (Fatah), tandis que le « camp pro-iranien » soutient le parti islamiste du Hamas. Selon International Middle East Media Center, plusieurs sources palestiniennes proches de l’Autorité Palestinienne ont d’ailleurs dit clairement attendre du sommet de Doha « un soutien à l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) et au président palestinien, Mahmoud Abbas ».

C’est donc la division qui atteint des sommets, puisque dans le sillage du boycott égyptien, ce sont le Maroc, l’Algérie, Oman et l’Irak qui refusent de participer à la réunion. Le roi du Maroc Mohamed VI, qui a rompu toute relation diplomatique avec l’Iran le 6 mars, a d’ailleurs expliqué son refus de se rendre à Doha en visant sans le dire l’ancienne Perse « Nous devons être francs avec nous-mêmes et reconnaître que le problème (le conflit israélo-palestinien, NDLR) réside dans le corps arabe lui-même et que, partant, la solution est à trouver, d’abord, chez les Arabes eux-mêmes ».

Les tentatives de réconciliation menées par le roi Abdallah d’Arabie Saoudite depuis janvier ont donc échouées, note le quotidien libanais L’Orient-Le Jour. « [Ces] efforts […] avaient redonné l’espoir d’une réconciliation interarabe, mais celle-ci semble s’éloigner avec le boycottage du sommet par M. Moubarak », écrit le journal. Le boycottage du président égyptien est de loin celui qui suscite le plus de commentaires, quelquefois éloignés des enjeux politiques immédiats du sommet. Al Jazira écrit ainsi que l’Egypte exprime sa peur que les « politiques du Qatar ne donnent de l’écho aux tentatives manifestes de l’Iran de combler le vide laissé par le manque de leadership arabe fort sur l’ensemble de la région ».

Le pays, dont le prestige sur l’ensemble du monde arabe en a fait pendant longtemps une référence morale, tente de résister à la montée de l’Arabie saoudite pétrolière et, plus récemment, de pays jeunes comme le Qatar, perçu comme perturbateur.

Dans ces querelles de leadership inter-arabe, l’ombre de l’Iran rappelle que le pays aspire plus que jamais à retrouver sa place de gendarme du Moyen-Orient.

Antony Drugeon, le 30 mars 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *